Quelques mets choisis dans la revue Papilles n°21, "Le Livre des Singularités - Sixième objet (1ère partie) - De la gastronomie", Gabriel Peignot Philomneste :

Principes généraux
Un vrai gastronome, celui qui projette un dîner digne de sa réputation, doit écrire les billets d'invitation le matin à jeun, avec tout le calme du sang-froid et toute la maturité de la réflexion.
Rappelez-vous sans cesse que convier quelqu'un, c'est vous charger de son bonheur pendant tout le temps qu'il sera sous votre toit.
Un gastronome doit connaître la force de sa denture et de sa mâchoire, comme un ouvrier doit connaître ses outils.
Un vrai gastronome n'entamera jamais une conversation avant la fin du premier service; jusque-là le dîner est une affaire sérieuse dont il serait imprudent de distraire l'assemblée.
Dans un dîner bien composé, toute phrase commencée doit être suspendue à l'arrivée d'une dinde aux truffes.

De quelques comestibles
Les huitres sont les meilleures troupes légères que vous puissiez mettre en avant pour engager le combat gastronomique ; mais il faut les arroser sans relâche d'un excellent vin blanc.
Le gigot doit être attendu comme un premier rendez-vous d'amour, mortifié comme un menteur pris sur le fait, doré comme une jeune allemande et sanglant comme un caraïbe.
Un dessert sans fromage est une belle à qui il manque un œil.
Une cave sans champagne est une montre sans aiguille.

Illustration : boulettes de riz vinaigré agrémentées de prune séchée et d'algue nori à l'occasion d'un pique-nique dans le TGV.