Je ne connaissais pas les luddites (et encore moins cette utilisation du mot appliquée aux nouvelles technologies!). Ça a pas mal raisonné en moi. En puis en lisant ton billet, je me suis aussi posée la question de cette conversation avec toi.. communication ou pas?
Je me suis dit que peut-être je pourrais la définir comme un passage à travers ton espace. Une traboule donc ("passer au travers", c'est le sens premier de ce mot), et j'y ai pensé immédiatement quand tu m'as parlé des luddites, car entre Luddites et Canuts, il n'y a pas loin...

Les traboules, ces passages utilisés par les canuts - les ouvriers soyeux de la Croix-rousse à Lyon - ont longtemps accompagné mon imaginaire.
Pendant mon enfance, c'était un réseau obscur de galeries, parfois peut sûr et labyrinthique, que je connaissais mal et où je redoutais de me perdre.. La plus connue d'entre elle, dans un sale état, portait le nom de "Vorace", que pour une étrange raison j'assimilais à du cannibalisme, et que j'évitais soigneusement d'emprunter.. : ) Je crois que les traboules ont façonné mon imaginaire, jusque dans ma pratique artistique. Par exemple, j'y associe cette pratique quasi-systématique que j'ai dans mes projets de prendre la tangente, d'utiliser les chemins de traverses, par rapport à un lieu, une situation..
Plus tard, j'ai habité dans l'une d'entre elle, entre la Montée des Carmélites et la rue Pierre-Blanc. Dans un appartement qui fût comme tous les logements du quartier, un ancien atelier de tissage, avec des pièces lumineuses et froides, à cause de leurs dimensions cubiques de 4m x 4m x 4m, spécifiques à la taille des métiers à tisser. Et d'immenses fenêtres qui font que l'on a toujours l'impression d'être dehors.
Ce qui m'est resté de cette pratique quotidienne de la traboule, c'est le fait de me loger à l'intérieur même d'un passage, c'est à dire être immobile dans un espace dédié à une mobilité. Observer. Se tenir dans un point de connexion entre un monde privé et public.
Et puis il y avait cette étroitesse et la sensation paradoxale de clandestinité et de sureté que l'on y ressent souvent...
Plus tard encore, étudiante aux Beaux-arts de Lyon, j'ai lu Michel de Certeau, et "L'invention du quotidien", dont le Tome II avait pour projet d'étudier les modes de résistances quotidiennes adoptées face à la société de consommation au travers l'étude de la "pratique d'un quartier", celui se situant immédiatement autour de la rue Pierre-Blanc.
Encore une fois, c'est à travers ces lieux que j'ai adopté une manière de cheminer (dans la narration notamment, dans l'articulation de projets artistiques, dans mes relations aux gens), et aussi que j'ai bâti une pratique de la ville qui est plus de l'ordre de l'usage que de la consommation.

..Je ne sais si tu es originaire de Paris, s'il y a certains lieux qui t'ont, dans leur pratique, constitués, quel nom donnerais-tu donc à notre conversation, et serait-il en rapport avec un lieu (ou un non-lieu) connu?

Enfin, encore une fois, tout un cheminement pour dire, qu'ensemble, nous traboulons.