Jiro est un homme qui marche. Qui prend le temps de regarder. Son pas n'en est pas pour autant lent, il est plutôt cadencé. Mais il observe avidement tout ce qu'il traverse. Car finalement il ne marche pas, il traverse. De derrière ses lunettes, il prend un temps pour chaque chose. C'est comme cela que lui et et Alika se sont rencontrés. Par la traverse.
Son regard se pose sur les gens, les rues, les arbres, les chats, les choses, les boutiques alentours. Il dévisage chaque chose, comme si le simple fait de regarder lui permettait de comprendre. Jiro n'est pas dûpe. Il ne comprend rien. Et sa promenade, soutenu par son regard, n'est qu'une question de rythme. Il faut avancer. Retrouver à chaque fois ce léger mouvement de la marche. Entendre sa respiration, s'écouter, et regarder vers l'exterieur. Pas dans un but d'appréhender, ni d'anticiper, mais dans cette manière de faire parti d'un tout, d'un espace parcouru. Et cet espace, ne pas seulement le parcourir mais y concourir.
Jiro est un homme qui marche et aussi un homme qui sourit.