Je pense au contraire que la transparence est une forme d'aliénation exacerbée par le web. C'est un peu l'idée du panopticon de Bentham : être visible en permanence sans voir soit-même et savoir qui nous voit. Sauf que la société disciplinaire de Foucault s'est muée en société d'auto-contrôle.
Cela est diffus et doux. Une petite muzak rassurante.
Pour les ados, échapper à la surveillance des aînés a toujours été une priorité, hier comme aujourd'hui. Le web est peut-être un moyen parmi d'autres. Cependant, Internet est un média de stockage et disparaître est quasi impossible.
Beaucoup ont fait l'expérience comme moi d'une inscription annulée sur Facebook dont le profil reste malgré tout en mémoire dans les archives de l'entreprise.

Un article : Le droit à l'oubli numérique, un casse-tête juridique.